Nos Etablissements Le siège de l'APEAJ Nos valeurs L'Apeaj Apeaj Toulouse
 

 

 
 
Nos Valeurs et nos Engagements
 

Dans un contexte de guerre et de destruction, dés 1943, notre association entre en résistance face à l’injustice et à la violence faite à la jeunesse, au nom des valeurs soutenues par un idéal démocratique de liberté, d’égalité, de solidarité et de laïcité.

Des femmes et des hommes se sont associés pour fonder un centre éducatif et d’apprentissage, à partir de principes favorisant «
l’intégration », afin de contrecarrer le système ré-éducatif français basé sur les centres de redressement et d’enfermement.
Créée pour venir en aide moralement et professionnellement à des adolescents instables, déficients, délinquants ou seulement privés de milieu éducatif, notre association prit d’abord le nom de : « Chantiers Saint Joseph » pour devenir en 1946, l’Association Pour l’Education et l’Apprentissage des Jeunes.

Dans le respect de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et de la Convention des Droits de l’Enfant, l’APEAJ est engagée dans des actions de service public au service :

> de la Personne : respect premier de la dignité et des besoins.
> de la Laïcité : ouverture à la compréhension de l’Autre dans l’acceptation des différences et dans le respect du pluralisme.
> de la Citoyenneté : engagement civique, c’est à dire part que prend le citoyen comme individu autonome et responsable dans l’agencement
> de la Cité et la détermination de ses Lois. Le citoyen constitue ainsi le premier maillon de la responsabilité politique et de la démocratie.
> de la Solidarité : seule vraie réponse comme lien entre l’individualité et la communauté au regard de la complexité des situations sociales. Elle doit s’exercer au regard de tous et notamment de ceux qui sont en situation de fragilité. Elle est l’affirmation que tous les hommes sont égaux en droit et que la société doit tout faire pour qu’ils le soient en fait.

Les valeurs d’engagement et de résistance se réactualisent aujourd’hui, dans un contexte politique, social et économique qui
remet en cause de plus en plus les fondements républicains de notre action et leur traduction humaniste dans une forme de pacte social construit dans la seconde moitié du 20ème siècle.

L’exclusion prend des formes de plus en plus violentes, et les phénomènes de reconduction s’accentuent (renforcement de phénomènes de classe, communautarisme … ) qui ne peuvent que mobiliser notre militantisme, en résistant aux réponses politiques qui se construisent aujourd’hui.

 

Bien que refusant tout dogmatisme en matière éducative, pédagogique, ré-éducative et thérapeutique, ous continuons à nous référer majoritairement aux apports humanistes et techniques (psychanalyse, psychothérapie et pédagogie institutionnelles, méthodes d’éducation active …) qui ont fondé notre action.

Apprendre, apprendre à apprendre sont deux piliers fondateurs de l’association.

Tous les jeunes qui nous sont confiés quels que soient leurs difficultés et leurs handicaps, et en compensation de ceux- ci, ont droit à l’équité dans les moyens qui sont mis à leur disposition.

À l’APEAJ, l’école est certes un lieu d’acquisition des savoirs nécessaires, mais elle est aussi celui de l’apprentissage de la citoyenneté, du vivre ensemble, et de socialisation. Elle doit permettre le développement de la capacité d’adaptation. Il en est de même de toutes les activités éducatives (activités, transferts d’établissements…).

La question de la formation et de l’intégration professionnelle
reste centrale.

Certes, la valeur « travail », surtout pour les populations reçues est certainement disqualifiée (histoires familiales, économie parallèle…) et ne fait plus autant lien social. Malgré le fait économique et sa traduction en matière d’emploi, l’espoir d’une société meilleure est ancré dans les valeurs des fondateurs, qui peuvent être reprises aujourd’hui,
en prenant en compte les difficultés du contexte.

En effet, la rencontre avec ce travail, en tant qu’activité structurante de la personne, porteuse de reconnaissance et d’identité pour les personnes que nous accueillons, est possible dans nos institutions, dans le cadre d’un ccompagnement ré-éducatif particulier. Le modèle « travail salarié », dans le contexte actuel, doit être élargi. Il nécessite une action éducative (au sens d’une éducation à « être » dans un contexte donné) favorisant l ’adaptation, pour des citoyens responsables, dans une société très consumériste et dans l’immédiateté permanente.

Pour l’APEAJ, s’associer c’est avant tout s’engager dans une démarche
collective, et dans une action citoyenne au service des usagers qui lui sont confiés. Cet engagement se construit sur la base de nos valeurs morales, humanistes, sociales et politiques.

 

 

Dans notre société, dont on dit qu’elle a perdu le sens du collectif
et de la solidarité, les associations sont des lieux de participation et
d’engagement. Les associations ont conquis une place dans l’organisation des politiques sociales. Elles sont les modes d’expression d’une communauté, au nom des valeurs qu’elle défend.

A cet égard, l’enjeu principal consiste à faire travailler ensemble
tous les membres de l’association en faisant vivre des structures de
participation où décideurs, acteurs et usagers peuvent coopérer.

Nous devons affirmer la place et la dignité des personnes et faire en sorte que les usagers soient reconnus dans leur citoyenneté, dans leur capacité à participer à la vie associative comme apprentissage à l’engagement dans la vie de la Cité.

L’APEAJ s’est toujours engagée à maintenir un dialogue ouvert et régulier avec les personnels. C’est ainsi qu’elle s’est acheminée, à partir de 1968, vers une forme de démocratie participative.

Celle ci se concrétise dans la vie associative par une représentation significative et active des personnels dans les instances délibératives.

De la même façon, l’ensemble des professionnels est associé au fonctionnement et à l’évolution de chaque établissement dans l’élaboration de leur projet de service.

Enfin, les valeurs de l’Association s’expriment à travers le fonctionnement des instances représentatives du personnel.

En se regroupant autour d’un projet de solidarité, l’APEAJ est citoyenneté organisée, interlocutrice des pouvoirs publics, et participe de la réhabilitation de la fonction politique du « vivre ensemble ».

L’APEAJ se considère toujours dans une mission de service public, au nom de la solidarité nationale.